Suivre l'évolution des technologies - Rosaria Stone
Rosaria Stone

Suivre l'évolution des technologies

Suivre l'évolution des technologies - Rosaria Stone

Pour ne pas être trop mal informée de ce qui se passe dans le monde, je suis abonnée à plusieurs journaux que je reçois en ligne, ou en version papier. J’adore avoir de la lecture facile à portée de main et d’yeux pour me détendre, ou encore me cultiver. Un journal sur la géographie m’impressionne toujours, et je le reçois avec beaucoup de plaisir, même si je suis abonnée à ce titre depuis une bonne dizaine d’années. Les articles de fond sur le réchauffement climatique, les photos de pays lointains, les textes pertinents sur la situation d’être humains en Asie, en Europe, en Amérique… Tout cela me conforte dans mon idée que la Terre est grande, et pleine de découvertes. J’avais entrepris aussi de lire plus souvent un magazine économique. Il s’adresse avant tout aux grands patrons, mais j’apprécie les dossiers thématiques qui couvrent de multiples sujets, et pas seulement sur la finance. C’est dans un numéro consacré au pouvoir d’achat et à Internet, que je vis une publicité pour juvederm. Ma mère m’avait parlé de ce soin.

Juste en dessous, je vis que quelques lignes étaient consacrées à un objet très particulier. Une montre connectée était présentée. Je ne connaissais pas très bien cette technologie, je recherchais donc, quelques informations complémentaires sur le sujet. Après quelques feuilletages de magazines en ligne, quelques lectures sur des sites spécialisés, et trois tasses de café, j’avais presque réussi à me documenter correctement. L’autonomie de la montre me préoccupait. Inutilement, apparemment, à en croire un journaliste qui décrivait son expérience avec ce type de montre. Il avait constaté qu’une course de deux heures était possible, sans avoir à la recharger.

L’utilité de cet objet, réside dans les informations qu’il communique au coureur, ou à la coureuse, dans mon cas. Les pulsations cardiaques, l’énergie dépensée, mais aussi, la distance parcourue étaient notées. En appuyant sur quelques boutons, ou sur un écran tactile, selon le style de la montre, je pouvais connaître l’heure de Hong Kong, ou bien, écouter de la musique, tout en surveillant ce qui se passait dans mon corps. Je n’hésitais plus, et j’en commandais un exemplaire ; il arriva deux jours plus tard. Quand je déballais le colis, je fus étonnée de la petitesse de l’objet par rapport à la taille de son emballage. Je testais tout de suite ce nouvel appareil. Je ne peux plus m’en passer, maintenant, je m’en sers chaque jour.