Ça prend des étincelles - Rosaria Stone
Rosaria Stone

Ça prend des étincelles

La qualité de l air Montréal n’était pas tellement bonne cette journée-là. Mais, ce n’est pas ça qui retenait notre attention à ce moment-là. Nous étions plongés dans une conversation très intéressante, et nous voulions jaser, apprendre à nous connaître, à nous comprendre. Nous étions heureux d’être ensemble, heureux de pouvoir s’exprimer librement comme on ne l’avait jamais fait avant avec un partenaire. Nos cœurs, nos chakras et notre énergie semblaient bien enlignés, et se complémentaient bien. 

Le soleil ne voulait pas se pointer pour une bonne partie de la journée, alors quand enfin, on a vu quelques rayons gênés se montrer, on en a profité pour aller faire un tour sur le toit d’une tour à bureaux. Cet acte rebelle n’a fait qu’alimenter la chaleur qui se propageait entre nous. Les étincelles, bien parties et bien fournies, faisaient fumer le bois de nos entrailles. Son sourire me faisait fondre, ses yeux m’admiraient tendrement. Je me sentais bien; dans ses bras, je suis à ma place. Le bonheur, le vrai, c’est ça, c’est d’aimer et d’être aimé. Aucun objet matériel ne pourrait remplacer un contact rempli de chaleur et de compassion.

Les étincelles ont produit une petite flamme dans son cœur. Sur sa page Facebook, la journée après notre première rencontre, deux vidéos ont fait leur apparition, deux chansons d’amour de la part de son idole à l’adolescence, Kurt Cobain. Quand j’ai vu ça, mon cœur s’est gonflé de joie. Et je ne l’ai remarqué que trop tard. C’est triste, mais la flamme s’est fait éteindre par le retour de son ex dans sa vie. Je savais pourtant que cela pouvait arriver.

Nous sommes présentement en contact, mais c’est un contact difficile. Il va falloir que je travaille fort pour maintenir quelque chose qui pourrait se développer. Je trouve ça très dur de devoir accepter de me battre pour ce à quoi j’ai plein droit. Ça me déchire que parfois, la vie me force à vivre cette peine et cette misère. Mais, comment on fait pour empêcher que les autres interviennent ?

Est-ce que la flamme est complètement éteinte ? Je ne pense pas. Les étincelles n’ont pas fini d’émettre leur chaleur. Si on se rencontre à nouveau, je crois sincèrement qu’on va se retrouver dans les bras l’un de l’autre. Je pense bien que la flamme peut rependre. Mais pour ça, il faut que je trouve le moyen d’arrêter de trop espérer. Je sais que ce qui doit arriver arrivera. Je dois faire confiance au destin.